Skip to main content

Essaim de météores définition

La plupart des météores peuvent se produire à tout moment et provenir de n'importe quelle direction. Ils appartiennent à ce qu'on appelle la composante sporadique des météores. Leur origine est principalement liée aux astéroïdes. Ils constituent la majorité des météores tombant dans l'atmosphère terrestre.

Cependant, il existe une deuxième population de météores, celle-ci associée à la poussière libérée le long de l'orbite d'une comète. Lorsqu'une comète s'approche du Soleil, elle se réchauffe et libère des grains de poussière le long de son orbite. Si la Terre croise l'orbite de cette comète, elle entre chaque année à la même période dans un nuage de poussières donnant lieu à un essaim de météores (ou pluie de météores).

En raison d'un effet géométrique, tous les météores appartenant à un essaim semblent provenir d'un seul point dans le ciel appelé le radiant. Chaque essaim de météore porte un nom lié à la constellation dans laquelle ce point se situe. Par exemple, le radiant des Perséides se situe dans la constellation de Persée.

Ici, nous décrivons les trois essaims de météores les plus actifs actuellement:

Perséides (en août)

Les Perséides sont l’essaim de météores le plus connu, car il est visible pendant l'été dans l'hémisphère nord, et il a une longue période d’activité maximale (vous pouvez également observer beaucoup de Perséides les nuits avant le pic d’activité du 12 août). Cependant, le profil THZ (« Taux horaire zénithal », le nombre de météores observés dans des circonstances idéales) montre une forte baisse après la période maximale.

Les météores sont appelés les Perséides parce que le point d'où ils semblent venir (appelé le radiant) se trouve dans la constellation de Persée. Le meilleur moment pour observer ces météores en Belgique est le matin (après minuit et avant le lever du soleil), lorsque le radiant se situe haut dans le ciel.

Les Perséides sont observées depuis au moins 2000 ans. Les premières informations à leur sujet venaient d'Extrême-Orient. En 1864 - 1866, après le passage au périhélie de la comète Swift-Tuttle en 1862, l'astronome italien Giovanni Virginio Schiaparelli découvrit le lien entre les essaims de météores et les comètes.

  • Période : du 17 juillet au 24 août
  • Maximum : 12 août
  • THZ maximal : 100
  • Indice de population : 2,2
  • Vitesse : 60 km/s
  • Corps parent : 109P/Swift-Tuttle

Géminides (en décembre)

Les Géminides sont un essaim de météores prolifique causé par l'objet 3200 Phaéton, qui serait un astéroïde du même type que 2 Pallas. Cela ferait des Géminides, avec les Quadrantides, les seuls grands essaims de météores ne provenant pas d'une comète.

Les météores de cet essaim sont beaucoup plus lents (35 km/s) que la plupart des autres. Les Géminides peuvent être observées en décembre et culminent généralement entre le 7 et le 17 décembre, la date d'intensité la plus élevée étant le matin du 13 décembre.

Les météores de cet essaim semblent provenir du radiant de la constellation des Gémeaux (d'où le nom de l’essaim). Cependant, ils peuvent se produire presque n'importe où dans le ciel nocturne et apparaissent souvent de teinte jaunâtre.

  • Période : du 7 au 17 décembre
  • Maximum : 13 décembre
  • THZ maximal : 120
  • Indice de population : 2,6
  • Vitesse : 35 km/s
  • Corps parent : 3200 Phaéton

Quadrantides (en janvier)

Les 3 et 4 janvier, vous pourrez observer l’essaim de météores Quadrantides. Le taux horaire zénithal THZ (le nombre de météores observés dans des circonstances idéales) de cet essaim peut être aussi élevé que celui de deux autres essaims de météores très actifs : les Perséides en août et les Géminides en décembre. Pourtant, les Quadrantides ne sont pas observées aussi fréquemment que les météores dans ces deux autres essaims, car l'intensité maximale est extrêmement courte, ne durant que quelques heures.

En Belgique (~51° N) son radiant (le point d'où ils semblent grêler) dans la constellation de Boötes est circumpolaire (c'est-à-dire qu'il ne descend jamais en dessous de l'horizon).

Le nom vient de Quadrans Muralis, une ancienne constellation qui fait maintenant partie de Boötes.

  • Début janvier 1825 en Italie, Antonio Brucalassi rapporta que « l'atmosphère était traversée par une multitude de corps lumineux connus sous le nom d'étoiles filantes ».
  • En 1839, Adolphe Quetelet, le premier directeur de l'Observatoire de Bruxelles (actuellement l'Observatoire royal de Belgique), et Edward C. Herrick dans le Connecticut ont indépendamment suggéré que les Quadrantides étaient en fait un essaim annuel.

Le flux de météoroïdes des Quadrantides a récemment été lié à la comète 96P/Machholz 1 et au corps céleste 2003 EH1 (probablement une comète qui s'est endormie au cours des cent dernières années). Les scientifiques pensent que ce corps est responsable de l'activité principale (d'une durée d'environ 0,5 jour), tandis que la poussière de la comète est à l'origine de l'activité de fond plus large et plus longue (environ 4 jours).

  • Période : 28 décembre – 12 janvier
  • Maximum : 3 janvier
  • THZ maximal : 120
  • Indice de population : 2,1
  • Vitesse : 41 km/s
  • Corps parents : 96P/Machholz 1 & 2003 EH1
Essaim de météores des Géminides le 14 décembre 2017 sur El Centro de Dos Cabezas dans le désert d'Anza-Borrego. Crédits image : Kevin Key Photography Licence CC.
Le radiant de l’essaim de météores Quadrantides est proche de la Grande Ourse et de l'étoile brillante Arcturus dans la constellation de Boötes. Crédits image : licence EarthSky Communications CC.
L'astronaute de la NASA Ron Garan a tweeté cette image depuis la Station spatiale internationale le 14 août 2011, avec la légende suivante : « À quoi ressemble une ‘étoile filante’ depuis l'espace, prise hier pendant l’essaim de météores des Perséides. » Crédits image NASA.