Skip to main content

Eruption volcanique

Les éruptions volcaniques peuvent éjecter des grands nombres de cendre (aérosols) et de gaz à l'état de trace tels que :

  • le CO
  • le SO2
  • le BrO
  • la vapeur d'eau

Le gaz monte très haut et sur de très grandes distances

Les fragments de roche retombent généralement sur Terre assez rapidement. Cependant, les cendres et les gaz peuvent s'élever très haut dans la troposphère et même atteindre la basse stratosphère, jusqu'à 15 ou même 20 km. L'élévation atteinte par le matériau dépend de la force de l'éruption volcanique, qui dépend à son tour du type de volcan qui se met en éruption.

Dangers pour le traffic aérien

Les cendres émises par les éruptions volcaniques constituent un danger majeur pour l'aviation.

La cendre peut:
• endommager gravement le matériel de l'aéronef
• obstruer ses capteurs
• limiter la vue de ses pilotes
• griffer gravement ("sabler") les fenêtres de l’avion

Et quand il entre dans les moteurs de l'avion, les cendres peuvent fondre (il a un point de fusion d'environ 1100°C), ce qui peut provoquer la panne du moteur.

 

Les nuages de cendres de la basse stratosphère peuvent être transportés sur de très grandes distances et constituent donc un danger plusieurs jours après une éruption. Les cendres émises lors de l'éruption du volcan Pinatubo (1991) ont endommagé des aéronefs à une distance aussi éloignée que 1000 km du volcan.

 

Gaz dangereux d'éruption volcanique

Parmi les gaz émis lors d'une éruption de volcan, le dioxyde de soufre (SO2) constitue également un danger pour les aéronefs, car le SO2 réagit avec la vapeur d'eau pour former de l'acide sulfurique (H2SO4), qui est corrosif et peut donc:

  • griffer la peinture et les fenêtres de l'avion
  • créer des dépôts de sulfate dans les moteurs

Selon le type d'éruption, le SO2 peut être contenu dans le nuage de cendres, mais il peut également se situer au-dessus ou au-dessous du nuage de cendres. En général, les cendres chuteront du fait des effets de la gravité plus rapidement que le SO2, de sorte que les nuages de cendres et de SO2 peuvent être séparés à une certaine distance du volcan.

 

De toutes ces considérations, il est clair que la procédure la plus sûre pour les aéronefs consiste à rester à l'écart des nuages volcaniques. Les pilotes ne peuvent pas toujours voir un nuage de cendres (par exemple la nuit) et les cendres n'apparaissent pas sur le radar. Et le SO2 et le H2SO4 sont des gaz incolores et donc invisibles.

S'il pénètre dans l'aéronef; L'acide sulfurique se remarque facilement à cause de sa forte odeur, mais l'aéronef est déjà dans le nuage. Il est donc primordial de savoir à l'avance où se trouvent les nuages volcaniques et quelle altitude ils atteignent.

 

Article complet: Hazard to aviation of volcanic eruptions

Nuage de cendres de l'éruption du volcan Grímsvötn, Nov. 2004. (Image crédits: Matthew J. Roberts)
Eruption du mont Pinatubo en 1991
Donnant sur le glacier Eyjafjallajökull et l'éruption du volcan en cours à Hvolsvöllur le 17 avril 2010 (Crédits image: CC BY 3.0)