Skip to main content

L’ionosphère est la couche supérieure de l’atmosphère terrestre. L'atmosphère est partiellement ionisée par les rayons UV du Soleil, et cette ionisation peut persister à haute altitude: l'ionosphère commence à environ 80 km d'altitude et atteint plus de 1 000 km. L'ionosphère de la Terre varie constamment en fonction de:

  • l'heure de la journée
  • la saison 
  • la position géographique
  • l'activité solaire

Cette zone de l'atmosphère est constituée de plusieurs couches conductrices réfléchissant les ondes radioélectriques, caractéristique intéressante pour les scientifiques et les ingénieurs, en particulier dans le secteur des télécommunications.

Du caractère de l’ionosphère dépend en effet la qualité de communications radios traditionnelles. A l’heure des satellites, on pourrait se demander si ce mode de communication ancien et par la même occasion si l’étude de l’ionosphère restent réellement d’actualité.  La réponse est clairement oui ! L’ionosphère a également une influence, parfois très importante, sur les signaux issus des satellites

Effet de l'ionosphère sur la communication par satellite

Comprendre et prévoir les régions turbulentes de l'ionosphère et leurs effets sur les communications par satellite a d'importantes applications pour:

  • les opérations militaires dans des sites distants
  • les réseaux planifiés de satellites de télécommunications mobiles
  • les applications de haute précision des systèmes mondiaux de navigation par satellite (GPS américain, GLONASS russe et Galileo européen)

On imagine sans mal les conséquences d’un relevé de positionnement, faussé par l’évolution des conditions de l’ionosphère qui n’aurait pas été corrigée par des données relatives à l’étude et au suivi des couches ionisées de notre haute atmosphère….

Il est donc vital de suivre en permanence les couches ionisées de notre haute atmosphère.

Vue d'artiste d'un satellite Galileo à capacité opérationnelle totale (FOC). Crédits ESA – Pierre Carril, 2015.
Positioning system Galileo. Credits: ESA - J. Huart