BIRA 50 jaar
Deze website in het Nederlands bekijkenView this website in English Zoeken

Qualité de l'air

Examples de l'implication de l'IASB dans des études de qualité de l'air

Le stade Olympique de Pékin en Chine

En Chine, par exemple, la pollution au dioxyde d'azote augmente à un taux  d’environ dix pourcents par an, un chiffre qui reflète la formidable croissance économique de la Chine au cours de la dernière décennie.

MAXDOAS
L'instrument MAXDOAS à Pékin, Chine.

Dans le cadre  du programme DRAGON de l'Agence Spatiale Européenne, l'IASB a développé un instrument en collaboration avec le Chinese Institute of Atmospheric Physics (IAP) visant à la surveillance de la qualité de l'air dans la ville de Beijing (Pékin). Ces données sont aussi destinées à la validation d'observations par satellite de polluants troposphériques comme

  • le NO2
  • le SO2
  • l'ozone
  • les particules fines

L'instrument qui a été installé sur le toit de l'IAP, à quelques centaines de mètres du stade Olympique de Pékin, est capable de mesurer la distribution verticale de plusieurs polluants-clés de l'atmosphère, grâce à la technique dite de spectroscopie par absorption optique différentielle multiaxiale (MAXDOAS).

Ces observations seront exploitées dans le cadre de plusieurs projets nationaux et européens en cours comme AGACC, AMFIC et GEOMON. Le développement  ou l'amélioration de nouvelles techniques de surveillance de composés atmosphériques font partie des tâches de l'IASB dans le cadre de ces projets.

Les premiers résultats indiquent que les mesures MAXDOAS à Pékin contiennent l'information nécessaire à l’estimation des profils verticaux de l'extinction du rayonnement par les aérosols, et peut-être aussi d'autres  propriétés optiques des aérosols comme le coefficient d'angström, l'albédo de diffusion simple - ainsi que des profils verticaux de gaz en trace troposphériques.

Retour à l'article principal La qualité de l'air

 

Link naar de website van het Federaal Wetenschapsbeleid
Link naar de Federale Portaalsite