BIRA 50 jaar
Deze website in het Nederlands bekijkenView this website in English Zoeken

Protocoles internationaux

Les agences spatiales impliquée dans les observations du climat

La préservation des données de télédétection acquises depuis l’Espace et sur de longues périodes n’étant actuellement pas garantie, un dialogue s’est engagé entre les entités définissant les besoins en observations climatiques et les agences spatiales (ESA, NASA, etc.). Il vise à définir un ensemble cohérent de spécifications acceptées de tous. GCOS

Ainsi, par exemple, le comité du Global Climate Observing System (GCOS) est devenu, depuis sa création en 1992, le mécanisme reconnu pour faciliter ces engagements. Ce GCOS a publié deux rapports sur les systèmes d’observation du climat global. Dans le second, datant de 2003, il a ainsi établi une liste de variables climatiques essentielles (ECV - Essential Climate Variables) dont l'observation a été reconnue comme prioritaire.

En vue de répondre à ces besoins, l'Agence Spatiale Européenne (ESA) a initié un nouveau programme, le «Global Monitoring of Essential Climate Variables», connu sous le nom de «ESA Climate Change Initiative» ou plus simplement CCI. Son ambition est de fournir de nouveaux ensembles de données satellitaires spécialement développés et maintenus en vue d’atteindre les spécifications requises pour réduire les incertitudes actuelles sur les estimations du forçage radiatif global.

Article complet ESA Climate Change Initiative

BIRA-IASB monitors effect of Montreal ProtocolBromine monoxide

La couche d’ozone stratosphérique protège la biosphère terrestre d’une grande partie du rayonnement ultraviolet émis par le soleil. Apparus au début des années 1980, deux phénomènes spectaculaires ont démontré que certaines activités humaines mettaient en danger cette protection naturelle vis-à-vis des ultraviolets :

  • il s’agit de la destruction quasi-totale de l’ozone dans la basse stratosphère antarctique à chaque printemps,
  • et de la destruction de 3% par décennie de la couche d’ozone à nos latitudes.


Etabli en réaction à ces découvertes alarmantes, le Protocole de Montréal réglemente depuis septembre 1987 la production et l’utilisation de nombreuses substances chimiques libérant dans la stratosphère le chlore et le brome responsables de la destruction de l’ozone.

Article complet BIRA-IASB monitors effect of Montreal Protocol

 

Link naar de website van het Federaal Wetenschapsbeleid
Link naar de Federale Portaalsite